Les Bleus

Ancre Toi

En regardant les étoiles 
Perles de note cosmos
Ancre Toi bien en elles 
Prends en toi la force d’Eros

La terre sous tes pieds
Ceux-ci prennent racines
Te voilà bien ancré 
Ressens en toi les origines

Né du péché originel
Ta route à tracer 
Sous le regard de l’éternel 
Ancre Toi pour être aimé 

Au cours du chemin de vie 
Des épreuves tu rencontreras
Ancre Toi pour ta survie 
Ainsi tu les bousculeras

Ton histoire ainsi écrite 
Feras de toi un être 
Totalement libre et insolite 
Retenu par cette ancre

Parfois ce sera en silence 
Que tu t’ancreras
Pour une résonance
Qui en toi vibreras

Ancre Toi pour vivre
Ancre Toi pour aimer
Ancre Toi pour rire
Ancre Toi pour subsister 

Frédérique Mosimann

Amitié 


Sous toutes les formes 
Tu as été narrée 
Mais ta place est énorme
Dans mon cœur enjoué 


Amitié réelle ou
Amitié virtuelle 
Amitié sincère ou
Amitié universelle


Lorsque tu croises nos routes 
Aux premiers mots ou aux
Premiers regards dans la foule
Tu nous fais oublier nos maux 


Plusieurs fois je t’ai croisée 
Croyant si fort en toi
Que malgré les années 
Tu as aussi semé l’effroi 


Amitié sincère et durable 
Si difficile à trouver de nos jours
Je suis heureuse de mon parcours 
Me tenant pour ne pas péter le câble 


Amitié, j’avoue 
Être parfois trahie
Mais je te voue
Une estime infinie 


Amitié fidèle 
Amitié rebelle
Amitié je te sème 
Amitié je t’aime 

Frédérique Mosimann

L’emprise de Nestor 


Quand le bout du tunnel 
J’aperçois, là-bas, enfin
Portée sur ce chemin 
Ton emprise est cruelle


Sans ne mot dire
Dans son tourbillon 
De délires il m’aspire 
Devenant son pion


Retournant sans cesse
Les tenants et aboutissants 
Dans son monde en liesse
Je sens qu’il me ment


Tentant de le calmer
Sans lui donner raison
Il redouble sa passion
Celle de me tourmenter 


Cette emprise infinie
Un jour je vais conquérir
Lui criant de ralentir 
Pour éviter la lacinie


Emprise du nom de Nestor
Laisse moi enfin libre
De suivre mon chemin d’or
Afin que mon âme vibre 

Frédérique Mosimann

Mon rêve bleu 

Telle une grande vague
Frappant un rocher
Mon âme divague 
Se laissant espérer

Le rêve bleu 
De mon enfance 
Il se peut
Que je l’encense

Me sentant ce jour
Sans défense
Mais dans un bon jour
Sans offense

Ce rêve bleu
S’il subsiste 
Sous d’autres cieux 
Il existe 

Mon rêve bleu
Une jour j’irais
Vois si fabuleux
Vraiment tu es

Mon rêve bleu
Dans mon coeur
Je te dis adieu
Sans rancoeur 

Mon rêve bleu
Un rêve tu étais
Un rêve parbleu !
Pour qui je vivais

Frédérique Mosimann



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code